Les dîners de madame Ojjeh (ancienne présidente du Club du NAO)

Publié le par Olivier Coudrette, rédacteur d'ECHECS Mag

Article paru dans le Monde:

Chez elle, on parle des bruits qui agitent Paris, des murmures de la littérature, de l'agitation du monde en général : pour évoquer plus sérieusement le Moyen-Orient, cette très bonne spécialiste de géopolitique préfère se promener ou prendre le thé avec le journaliste et essayiste Alexandre Adler. "C'est toujours très bien fait, à l'ancienne, confirme un patron. Les plans de table et les invitations sont conçus de telle sorte qu'on ne rencontre jamais de gens qui pourraient vous gêner." Malgré ses tenues près du corps, ses pantalons en cuir joliment ajustés, ses invités la voient davantage comme une princesse de Guermantes qu'une Madame Verdurin. "Elle est beaucoup plus fine qu'Odette !, se récrie ainsi un écrivain. Je la devine plutôt comme un personnage échappé d'un roman de Pierre Benoit."

Aux scientifiques, aux professeurs de médecine, aux hommes de pouvoir, comme Albert Frère ou Antoine Bernheim, s'ajoutent, au milieu des années 1990, les "amis de Franz" (Franz-Olivier Giesbert), comme disent ces derniers. Pendant quatre ans, l'actuel patron du Point et la jeune Syrienne, libres l'un et l'autre, ne cachent leur liaison à personne. Les amis, écrivains, éditeurs, journalistes, sont invités chez Nahed Ojjeh. "Franz recevait avec flegme, plaisantant comme pour cacher une petite gêne devant tout cet argent", sourit un avocat. "C'est lorsqu'il a passé ces quatre ans avec elle qu'il a écrit ses meilleurs livres : elle avait pour lui l'intransigeance d'une Elsa Triolet avec Aragon", s'enthousiasme un ami de "FOG" en citant Le Sieur Dieu, roman publié en 1998 chez Grasset.

Avec lui, elle rencontre ceux qu'elle ne connaissait pas encore dans le Paris qui décide. A table, Nicolas Sarkozy converse avec le financier Marc Ladreit de Lacharrière et plusieurs "tsars" du CAC 40. Quand, en 2001, elle prend le contrôle du prestigieux club d'échecs parisien Caïssa, en le rebaptisant NAO - pour Nahed Ojjeh Chess Club - et en le dotant d'un budget de 500 000 euros, Dominique Strauss-Kahn en est membre. "Mon objectif est de faire de la France, mon pays d'adoption, une grande nation des échecs, égale aux pays de l'Est", déclare-t-elle.

Toute à sa nouvelle passion, elle convie chez elle, avenue Henri-Martin, les plus grands champions. Un soir, le champion du monde Vladimir Kramnik arrive tard, mal coiffé à son goût. Bonne âme, elle convoque illico pour lui son coiffeur. Hélas, en septembre 2006, après quatre Coupes de France et deux victoires remportées au prestigieux championnat d'Europe, elle laisse tomber les échecs. "Le club avait fini de l'amuser", avance un proche.

Car la maîtresse de maison est joueuse. Un jour qu'elle avait convié des hôtes à dîner, elle n'apparaît pas à table : "Elle dînait en tête à tête, dans une autre salle, avec Jean-Marie Messier, qui raffolait de sa compagnie", assure un invité admiratif. Un autre jour, Nahed Ojjeh convie tous ses invités avenue Henri-Martin, pour Noël. "Une scène à la Buñuel", raconte un convive. On l'attend. Pour faire passer le temps, on admire les piranhas de l'aquarium d'Akram Ojjeh junior, le fils qu'elle a eu avec Akram, puis on finit par dîner sans elle. "Il devait y avoir des caméras dans l'appartement. On a servi d'alibi", raconte aujourd'hui un éditeur en riant. Dominique de Villepin n'avait que moyennement apprécié la plaisanterie. "On s'est fait piéger", avait-il bougonné dans l'ascenseur.

De ses activités dans le monde des affaires, on ne sait pas grand-chose. En juillet 2003, elle rachetait en Bourse 11 % du capital du groupe britannique de publicité Cordiant. Elle refuse de confirmer qu'elle a été ou est encore actionnaire de Publicis.

Amie des arts et lettres, elle préfère que l'on parle de la - généreuse - mécène qu'elle est aussi. C'est elle qui a fait restaurer l'intérieur du domaine de Chantilly et le Musée de Condé, elle qui a multiplié les donations au Louvre, elle qui a sponsorisé l'exposition du centenaire de la naissance de Jean-Paul Sartre, elle qui a permis le rachat par la Bibliothèque nationale de France des neuf volumes des Mémoires d'outre-tombe, de Chateaubriand, en 2000. Et c'est encore elle qui aidera la BNF à racheter, pour 11 millions de francs, les 876 feuillets rédigés à l'encre bleu-noir et rangés dans un boîte en peau de porc du Voyage au bout de la nuit, de Céline.

Elle se dit "militante de la paix" au Proche-Orient et "fière" d'avoir soutenu l'initiative du Livre international de la paix édité par l'Unesco. Elle est l'une des généreuses donatrices de l'Institut Pasteur-Weizmann, pour lequel elle participe à des colloques, aidant l'hôpital Hadassa de Jérusalem dans sa recherche sur les maladies orphelines. Elle demande, on la reçoit. Y compris Shimon Pérès. "Qu'elle fasse un peu de renseignement, peut-être, sourit un géopoliticien. Mais avec son statut diplomatique, ne payant pas d'impôts en France, elle peut être sensible aux pressions. Elle est surtout très curieuse. Elle a compris qu'à Paris on rencontre d'excellents connaisseurs et de très bons relais d'Israël. Elle connaît très bien les acteurs de la région. Elle a l'esprit très ouvert."

Nahed Ojjeh semble courir après quelque chose. Les Mémoires universitaires que son père n'a pu soutenir, elle les défend toute seule, pour la gloire, à Paris-V. Diplômée de philosophie, titulaire d'une maîtrise de psychologie, elle obtient en 1996 un DEA de prospective internationale sur "Hitler 1920-1933, papiers français". Il y a quatre ans, elle est devenue docteur ès sciences politiques, en planchant sur "Les méfaits de la mondialisation dans les pays du tiers-monde" -, thèse qu'elle a rêvé, sans succès, de soutenir dans la plus parisienne des écoles, Sciences Po. Comme si, en multipliant les diplômes français et en tenant salon à Paris, l'ambassadrice officieuse de la Syrie tentait de gommer la mauvaise réputation de son gouvernement, et de rompre, à sa manière, son isolement diplomatique.

Ariane Chemin
Article paru dans l'édition du 03.10.06
Site officiel ici

Publié dans Les DOSSIERS

Commenter cet article