Topalov se confie:

Publié le par Olivier Coudrette, rédacteur d'ECHECS Mag

Topalov revient sur sa défaite face à Kramnik

 

Interview en hollandais ici

 

Rappel du contexte :

Topalov vient d’être interviewer lors du Tournoi de Hoogeveen. C’est une ville des Pays Bas qui abrite un tournoi fermé, auquel le numéro 1 mondial participe en compagnie de Judith Polgar, d’Ivan Sokolov et de Mamedyarov. Topalov s’est incliné lors des deux premières rondes.

 

Traduction :

"J’ai sous estimé  la fatigue engendrée par le match joué à Elista. Alors aurais-je du refuser de participer au tournoi d’ Hoogeveen ? Mais je ne romps jamais un contrat signé. Je ne m’appelle pas Kramnik. En effet, combien de fois n’a-t-il pas pu participer à un tournoi en raison de fatigue ? Au printemps il s’est retiré du tournoi de Monaco après avoir signé le contrat concernant le match d’Elista face à moi-même…

J’ai pu lire beaucoup d’article après le match d’Elista et j’ai constaté que nombreuses ont été les personnes à voir en Kramnik un martyre. Ils ont estimé que j’étais le coupable et que mon manager, Silvio Danailov, représentait l’incorporation du mal.

C’est une interprétation totalement injustifiée. Nos protestations face aux comportements de Kramnik n’étaient pas de la provocation mais un « souci sincère ». En effet pendant les deux premières parties Kramnik a passé 1h30 dans ses toilettes personnelles. Ce n’est, je ne pense pas acceptable. Si à chaque coup on s’isole on doit le faire en présence de personne.

Après la quatrième partie mon manager a demandé à visualiser les bandes vidéos. Quand il a constaté que Kramnik s’est rendu aux toilettes un nombre de fois excessif nous avons commencé à avoir des soupçons. Ce comportement est d’ailleurs naturellement étrange. De plus les toilettes sont la seule salle à ne pas être équipé de caméra.

Le comité d’appels après que nous l’ayons saisi a trouvé notre requête légitime et a demandé la fermeture de ces toilettes. Kramnik a ensuite pris cela comme une insulte.

Il ne s’est pas rendu de son propre chef à la 5e partie. Il a estimé être au dessus des règlements. J’aurais préféré jouer cette parties et que notre protestation soit prise au sérieux. Mais j’ai gagné cette partie par forfait. En compensation Kramnik a pu faire ce qu’il voulait dans les toilettes à la suite de la démission de la commission d’appel.

Lors de la 6e partie je ne reconnais plus mon adversaire. Kramnik était devenu vulnérable en faisant des erreurs tactiques. J’ai dès lors commencé à vraiment douter. Kramnik était il mon adversaire ou s’était il aidé avec un ordinateur ? Pour étayer mon jugement, j’ai joué de manière volontaire rapidement.

Ce comportement a eu pour conséquence ma gaffe de la 9e partie. J’accepte la défaite lors de ce match mais ce qui s’est produit là bas est toujours dans mon esprit. Je rêve de Kramnik la nuit. J’espère qu’il acceptera la proposition d’un match retour à Sofia."

Commenter cet article