Une ouverture pas comme les autres ...

Publié le par Marius, rédacteur d'ECHECS et PATRIMOINE

Une ouverture pas comme les autres ...  
 L'Orang - Outan ou le début Sokolsky !

L'anecdote et l'historique de l'ouverture raconte que le Grand Maître Tartakover, au cours d'une visite d'un zoo, vit une ressemblance dans cette avancée latérale du pion, une ressemblance avec la montée du singe, le long des troncs d'arbres.

L'autre nom slave est l'ouverture Sokolsky, du nom d'un des joueurs qui la pratiquait souvent.
Dans ce début de partie, les Blancs prennent un avantage d'espace sur l'aile dame, mais les noirs peuvent occuper le centre sans problème, et la défense du pion b4 donne alors quelques soucis !

                

Plusieurs forts joueurs se sont aventurés dans la Sokolsky notamment Larsen et Miles.
En France, le grand spécialiste de ce début reste le Français Gilles Miralles.

    

Ci dessus à droite le GMI Gilles Miralles lors de l'édition 2004 des stages "Echecs & Patrimoine".

Les enjeux principaux de l'ouverture sont en général le développement des pièces (leur mise en action) et le contrôle de l'espace (en particulier du centre de l'échiquier). Bien que la transition entre l'ouverture et le milieu de partie ne soit pas clairement établie, on considère généralement que la fin du développement ou le roque sont des indicateurs raisonnables.

 

Une des premières parties de l'ouverture b4 par Alexey Sokolsky : 

Alexey Sokolsky - Vitaly Chekhover (1-0, 70 coups - Championnat d'URSS, 1938)

Alexey Sokolsky - Alexander Kotov (1-0, 28 coups - Leningrad, 1938)
Alexey Sokolsky - David Bronstein (1-0, 27 coups - Kiev, 1944)

 

Pour plus d'infos sur cette ouverture :

Mieux Jouer aux Echecs

Orang Outan

Site officiel ici

Publié dans Les DOSSIERS

Commenter cet article